RETEX X-CCR IQsub

Les gaz ! (et les déchets aussi)
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
MI9
Wingmaster
Messages : 300
Enregistré le : 29 avr. 2014, 22:36
Recycleur : 2 APD Inspi.

RETEX X-CCR IQsub

#1 Message par MI9 » 12 sept. 2019, 12:09

Voici donc mon RETEX de la plongée d’essai du X-CCR d’IQsub. Que je rende enfin à César ce qui lui appartient.

(Christophe, j’en fais un fil à part. Tu regrouperas si tu préfères.)

Cet essai s’est déroulé sous la férule de Laurent BOULMIER, le « boss » de Prodive Monaco. A l’occasion d’un gonflage « tampons / BOs » Tx , nous avions rencontré Laurent il y a quelques semaines de cela. Son évidente rigueur professionnelle, son accueil plus que simplement courtois nous avaient conduit à prêter une oreille aussi attentive qu’alléchée à sa présentation – « en passant, le temps que ca gonfle » – du X-CCR d’IQsub alors que nous avions manifesté le désir de remplacer nos Inspis.

- Les Essayeurs :

° Ma pomme : 45 années de plonge. BEES 1. Tx Hypo. 1200 heures sur Inspi APD. (Seule expérience CCR.)

° Catherine (ma binomette préférée). Presque autant d’années. La galanterie m’interdit cependant d’en préciser le nombre … Tx Normo. 200 heures sur Inspi APD (Seule expérience CCR).


- Conditions de l’essai / Config :

Dil Air – 30 mètres.

Canister 3.3 kgs (CE Gilles) 2.2 kgs (Catherine)
FP dorsaux 2 x 4 lits – Wing 200 N (20.5 kgs) / Harnais / Plaque standard (CE)

1 BO 7 lits Nx 32 / 1.5 lit Air dédiée fixée sur la plaque. Vêtement sec Néo compressé ND.

5 kgs de lest en ceinture. (Par précaution, idem Inspi en frame PLDT et dosseret mousse.) Immédiatement « surlesté ». Avec la plaque inox, et un simple Lavacore sous combi cela devait passer sans rien. Voire 1-2 kgs.


- Présentation / Gréement Machine / Mise en Route :


La qualité de fabrication de la machine « stricto sensu » semble évidente :
Delrin pour le canister la tête et les T - Détendeurs Apeks Tek3 - Valves de surpression dans la tête et les clarinettes - BOV IQsub (idem Golem Gear)- Flexibles Miflex - Manifolds inox.
Electronique « embarquée » Shearwater dédiée avec connectiques Dive Can + double alim accus 3,7V Li-Ion, 18650. L’accès aux accus est à l’extérieur de la tête (étanchéité par vis et joints toriques). La Bat #1 alimente le solénoïde. La Bat #2, le HUD et le monitoring de la PPo2 pour un Petrel 2 additionnel. La conso est annoncée « faible » …
Elle assure la lecture de la PPo2 pour le Contrôleur et le Moniteur + la gestion du solénoïde + la lecture du Co2 + la mesure de la HP des blocs Dil / O2 + la gestion du HUD + Calibration.
Elle est scellée dans la tête et non accessible par l’opérateur. Ce qui en cas de défaillance … Nécessite le renvoi de la tête chez IQsub…
En bref et AMHA, que du bien conçu, bien gaulé. Sous réserve du système - via la tête - de mesure de la HP des blocs Dil/ o2 et affichage aux Petrel2.

Je suis par contre très réservé sur le harnais : sans « quick release » ni réglages d’épaules rapides. Comme sur la Wing « horse shoe » - sans élastiques de rétractation - aux allures de raie manta, idéale pour pousser de l’eau AMHA.

Si j’achète l’engin – me contrefichant du CE – j’opterai pour un harnais plaque carbone + poches à plombs / Wing Donut Dive Rite.


La machine est présentée entièrement dégréée. Parfait dans le cadre d’un essai !

Le canister Delrin repose sur un stand inox « custom » (Non de série ! Mais nécessaire AMHA) pris sur 2 vis inox de 8mms et leurs écrous de grand diamètre crantés : très facile à manipuler / serrer.

Le piège à eau en bas du canister est de « bonnes » dimensions.

La cartouche radiale à fermeture baïonnette s’insère sans difficulté en glissant sur les cannelures de ses deux bagues.

Idem pour la cassette amovible porte cellules / co2 sensor. Les broches semblent pouvoir supporter un nombre certain de manœuvres pendant quelques années.
Si je suis très dubitatif (qui je le rappelle un fois encore, ne veut nullement dire « éjaculateur précoce ») sur la détection de co2, je trouve ce système de cassette porte cellules ENORME ! Extractage – apérotage - séchage !

Enfin, la mise en place de la tête à fermeture baïonnette sur le canister se fait sans effort. Deux points rouges alignés servent de sécurité visuelle.

La mise en place de la Wing et des FP n’appelle aucun commentaire particulier. Les T se vissent sur les FP. Coté Inspiratoire, le T porte l’ADV et son flow-stop comme le raccord d’injection manuelle Dil. Coté expiratoire, le raccord d’injection manuelle o2 et une chicane dirigeant l’eau éventuelle vers le piège du FP.

AMHA, ce positionnement des raccords d’injection entraînera conséquemment une plus grande inertie des cellules lors des rinçages. Ce que me confirme Laurent.

Les tuyaux annelés à liaison à baïonnette se clampent sur la tête et sur la BOV ou le DSV avec leur verrou de sécurité.

Un mot sur le DSV. Il est constitué du boitier supérieur de la BOV de la marque. Il s’ouvre et se ferme donc de la même manière évidente, par quart de tour du bouton face avant.

Les poussoirs d’injection manuelle sont bien positionnés et beaucoup plus souples que ceux de chez APD.

Mise en route de la machine : par le bouton poussoir sur le HUD. Standard pour le Petrel2.


Calibrage :

Afin d’économiser de l’o2 ( chic en croisière) et de ne pas avoir ainsi à « noyer » toute la boucle, le calibrage s’opère avec le kit ad hoc, tête désolidarisée du canister.
Le « bouchon » munis de la valve ad hoc s’insère dans le logement tout aussi ad hoc de la cassette cellules. L’autre, vient assurer l’étanchéité en lieu et place du tuyau annelé inspiratoire. L’injection se fait manuellement grâce au flexible MP o2 raccordé sur la valve dédiée.
Ingénieux. Rien de fastidieux ni de compliqué.

Set Points : Standards 0.7 & 1.3 avec la spécificité – pour nous - d’un 0.19 en Stand By qui évite l’injection d’o2 – qui me gonfle un tantinet (si j’ose dire) – sur l’Inspi.

HUD : Mis à part l’affichage des alarmes « habituelles » le HUD – par un code 3 couleurs (Rouge / Vert / Jaune) et un nombre d’éclats dédiés permet une information « fine » sur la PPo2.

Je ne suis pas certain que cela soit vraiment utile … A voir à l’usage …

Petrel 2 : Rien à dire en particulier. Pour ma part, je suis « fan » de cet ordi à la lecture intuitive et à la circulation dans les pages et menus évidente.


- Plongée :

Bien, faut y aller ! Au bateau… Et là, première déconvenue. La machine pèse un âne mort ! Dans les 40 kgs avec une 1.5 lit air de flottabilité. Et en plus, la poignée « custom » est mal gaulée me coinçant la mimine (pourtant ridiculement petite) contre le raccord o2 du solénoïde.

Pour relativiser cette « histoire » de poids que je trouve excessif à la manipulation / transport machine entièrement gréée, il faut dire :

- Que toute la différence entre Hulk et Moi, c’est moi ! 1.74 - 67 kgs.
- Que ne plongeant qu’à partir de mon canot, j’ai pour habitude de charger/décharger les machines à bord sans les blocs ni le canister. Et à ne rajouter les 5 kgs de lest qu’une fois les machines positionnées sur le banc de capelage. Ce qui me vaut toute la gratitude de mon dos.
D’où pour mon usage personnel, l’option plaque carbone + poches à plombs aux fins de fractionner le poids.
- Cependant, ma binomette, avec ses 55 kgs (à sec et donc à jeun.) est néanmoins parvenue – presque seule – à charger sa machine sur le canot.

WOB : L’évidence – qui saute aux poumons – c’est dés la mise à l’eau et la respiration dans la boucle le confort inspiratoire / expiratoire de l’engin. Comparé à notre Inspi de référence. Sans instruments pour mesurer le WOB, en restant dans la subjectivité, en surface ou à 30 mètres, le confort respiratoire en Dil Air est très nettement supérieur à celui de l’Inspi avec un Tx 7/70.
La cartouche radiale comme la conception de la boucle semblent tenir toutes leurs promesses.
Sur le dos, je ne sens aucune différence. Un vrai régal !

Assiette :
Trim : La position « haute » des blocs rend superflue l’adjonction de lest aux fins d’obtention d’une assiette correcte.

Roulis : Je suis mal brêlé dans le harnais, la machine bouge beaucoup sur le dos et avec la plaque Inox d’origine elle ne demande qu’à me faire passer sur le toit… Mais cela reste tout à fait gérable.

ADV : Trop « sensible » à mon goût. AMHA, il injecte trop de Dil et m’oblige à purger « copieusement » la boucle une fois en palier. Il faut dire que j’ai l’habitude de laisser mes FP en volume mini.
La manipulation du FlowStop ne pose pas de problème avec des gants 4 mms.

HUD : Sans pratique de son mode d’affichage, no comment.

Injection manuelle Dil/o2 :
L’inertie se vérifie, la stabilisation de la PPo2 est plus longue que sur l’Inspi.


- Le nerf de la plonge :

A « approximativement » 10 k€ avec la BOV en standard et 2 Petrel2 DiveCan, stand Inox « custom » - eu égard à la conception / qualité de fabrication de l’engin, je trouve cela « raisonnable et justifié » en comparaison de notre référence, l’Inspi APD à 7.8 k€ dans sa boite à savon et réalisation en « vrais tuyaux de chiottes massifs ». Sans oublier son Handset illisible (B&W ou 2020.), ses connecteurs et câbles cellules de « mer… » et ses piézos hystériques.

Par contre en version CE (à vérifier auprès de Laurent BOULMIER) la Wing et le Harnais d’origine sont indignes du reste de la machine.


En conclusion :
Mise en œuvre / plongée nous avons été franchement emballés. Certes avec la seule expérience préalable de l’Inspi APD…

Pour notre usage : 200 heures annuelles, 2 mois / an en croisière plonge avec sa facilité de mise en œuvre / entretien, son confort respiratoire à la hausse et en « espérant » la fiabilité de l’électronique « embarquée » (sans RETEX longue durée / fiabilité eu égard à la nouveauté de l’engin), ce X-CCR constitue une alternative « sensée » à nos Inspis. Qui néanmoins – malgré leurs avaries annuelles – font le job une fois en route. (ZERO défaillance en plongée en 1400 heures.)

Est ce que cela vaut un billet de 15 k€ (différentiel escompté prix du neuf X2 valeur de revente des 2 Inspis.) que nous avons, sans vendre notre vertu ou des organes ?

That is the question… Que nous allons laisser infuser.
If AP DIVING made airplane, would U fly on it ?

looping06
Long hose addicted
Messages : 68
Enregistré le : 12 août 2009, 13:05

Re: RETEX X-CCR IQsub

#2 Message par looping06 » 12 sept. 2019, 21:41

Bonsoir,

Si tu n'es pas concerné par le CE, je te conseille d'acheter une version "stripped" sans wing, ni plaque ni blocs ni metal sub et avec le petit canister et scrubber de 2,5 kg.
Tu vas alléger la note considérablement et la machine encore plus.
Avec l'économie, tu pourras alors t'acheter un stand et la plaque de voyage en aluminium faite en Pologne dont je joins les photos.
Tu pourras fixer les blocs avec une camband. Pratique quand on a plusieurs jeux de blocs (pas besoin de metal sub male sur chaque bloc).
Moi, je l'utilise avec une plaque carbone et une wing donut divertie.
Si tu pousses le vice a utiliser des blocs carbone (au lieu des blocs fournis en version CE qui sont des 3l lourds) avec des ds4 (a choisir a l'achat au lieu de tec3 de la version CE) et des mini manifolds (ca c'est pour gagner les dernier 100g), le poids de la machine ne sera plus une question meme pour ta femme...

C'est ma config de voyage. En France, je plonge avec la version CE.

PS : je me suis fais faire la meme plaque en Inox pour ma version CE histoire de ne plus utiliser les metal sub.

PPS : je ne vends ni XCCR ni stand bien que ce soit moi qui est conçu la plaque de voyage....
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
MI9
Wingmaster
Messages : 300
Enregistré le : 29 avr. 2014, 22:36
Recycleur : 2 APD Inspi.

Re: RETEX X-CCR IQsub

#3 Message par MI9 » 12 sept. 2019, 23:41

Bonsoir Looping,

Merci pour ce point de vue.

En effet, je me fiche du CE. A cette heure - ce qui laisse le temps au temps pour faire évoluer la config - j'envisage dans le cadre de notre utilisation "croisière plonge" d'opter pour le scrubber à 3.3 kgs. Avec une Wing "donut" et un harnais / plaque carbone Dive Rite.

Je suis de ton avis pour les DS4 en lieu et place des Tech3. Je compte également fixer les blocs à la camband. ( 2 o2 et 3 Dil par machine ... )

Je n'envisage pas d'utiliser des blocs carbone. Inutile de reprendre en lest la masse perdue sur les blocs. AMHA.

Enfin, ton pseudo suggère une localisation 06 ou limitrophe. Comme j'ai le canot sur Antibes jusqu'au 1er Octobre puis à Nice jusqu'en Juin, on peut - si cela te chante - se rencontrer pour une plonge et échanger sur la machine. Si cela te convient, contact en MP.

Cordialement,

Gilles.
If AP DIVING made airplane, would U fly on it ?

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré